Ma démarche en tant qu’enseignant est une démarche plutôt éducative de la personne, dans le sens global du terme. Une éducation physique bien sûr, mais également énergétique, émotionnelle et mentale. En quelque sorte une éducation  holistique.  Apprendre à une personne à mieux se sentir dans son corps et dans sa tête (Un esprit sain dans un corps sain).

Pour les jeunes,  leur  apporter des éléments solides de construction  (autodiscipline, moralité, connaissance, développement et  respect de son propre corps….), pour les plus anciens, un soutien, une aide pour faire face à leurs difficultés. Dans ma démarche, l’aspect application martiale n’est qu’un outil, pas une fin en soi. Je ne recherche pas à former des compétiteurs ou des combattants. La vraie bataille c’est dans notre quotidien, notre véritable adversaire c’est nous même.


Pourquoi avoir choisi  les arts Martiaux pour cette « éducation » ?

D’abord parce que j’aime ça ! J’aime pratiquer depuis plus de 30 ans. Mais aussi parce que selon moi, c’est l’école la plus efficace pour l’apprentissage de la vie. C’est la seule école qui touche véritablement les quatre aspects de l’individu. À condition que l’enseignement porte sur cette globalité. Par exemple, lors d’un cours, si on n’est pas vigilant, en forme, apaisé, etc., la sanction est immédiate ! La compréhension de l’exercice devient claire. C’est le gros avantage des  Arts Martiaux (vrais) et des Budos.

C’est pour cela qu’à l’Académie du Tao, au-delà des cours proposés, il y a des stages abordant l’hygiène de vie (anatomie, physiologie, alimentation, gestion du stress, …), la philosophie des arts martiaux (les bases)… J’essaie d’être cohérent dans ma  démarche d’enseignant, en apportant des éléments sur l’ensemble de ces quatre  aspects.  Comment demander à un élève des efforts à l’entraînement ou vouloir lui enseigner la patience, le calme, si d’autre part il dort 2 h par nuit et mange d’une façon complètement déséquilibrée, ou simplement  s’il ne sait pas comment respirer pour équilibrer son système nerveux autonome (pourtant une connaissance basique chez un pratiquant). Il y a bien d’autres exemples….


Le niveau de l’enseignement :

Malgré tout, cette éducation « holistique » n’est qu’un premier pas vers  la paix, l’épanouissement et j’ose employer ce mot  à la mode, le bonheur. Je suis conscient  que mon approche ne reste qu’une base  (en analogie avec la scolarité, je dirai que je prends en charge le niveau primaire, voire collège, lycée),  ce qui n’est pas sans intérêt, car l’évolution du pratiquant dépendra de ces bases. C’est la raison pour laquelle  je me sens plus éducateur que professeur.

Après l’assimilation de ce « cursus » de base, le « Véritable » travail, l’Eveil (le Réveil) (toujours sur les mêmes aspects : corporel, énergétique, émotionnel et mentale), pourra commencer, et je ne parle même pas de la suite. Là on rentre vraiment dans la transmission d’une « Voie traditionnelle ». Malheureusement ce travail est tellement difficile que très  peu d’experts en France sont aptes à le transmettre. Et surtout ils n’en ont pas souvent le désir !  


Je crois que chaque professeur (éducateur) doit se poser cette question essentielle, qu’est-ce que je souhaite réellement transmettre à travers ma ou mes disciplines ? Former à la compétition, à l’art martial vrai , la santé physique et mentale, le développement intérieur, la spiritualité,...? Et surtout est ce que j’en ai la compétence et l’expérience personnelle?

Pour ma part, à plus de 55 ans , mon parcours dans les arts martiaux,  mes activités professionnelles et mes expériences de vie, m’autorisent à parler  et à enseigner une certaine éducation de vie. Un certain mieux vivre. Ce qui est déjà un énorme défit.


Pour que ma pierre à l’édifice  dans les arts martiaux soit claire, je suis un simple éducateur qui avec sa modeste contribution souhaite apporter une base de connaissance ainsi qu’une mise en pratique sur le développement de notre propre « machine », là s’arrête ma  mission. Pour cela j’utilise les arts martiaux comme supports, comme outils. Pour la suite du cheminement, à chacun de trouver sa « voie » et de l’approfondir auprès d’un guide, d’un maître digne de ce nom (rare), qui lui permettra de continuer sur le chemin de la  connaissance et de la conscience.


Tous mes vœux sincères pour votre réalisation au sein de la grande tradition du Budo.  Vincent DAY.




                                                                 




L’Académie du Tao n’a pas la prétention d’aborder ces différents aspects aussi profondément que le font les écoles traditionnelles,  mais


Vincent DAY  (Formateur - Coach  et  Professeur) : Ma vision de l’enseignement

plutôt d’enseigner leurs principes de bases dans une démarche éducative. L’Académie n’est affiliée à aucune conception politique, religieuse ou sectaire.


Qui sommes nous ?

Notre But   

Bienvenue à l’Académie du Tao

Retour en haut de la page