Retour en haut de la page

Retour à l’acceuil

Le SANAÏDO La confiance en soi

Qu’est-ce que le Sanaïdo ?

San = trois, Aï = union et Do = voie. C’est la voie de l’union des trois forces. Les forces représentant la terre, l’homme, et le ciel ou le corps, le cœur et l’esprit, selon le concept du macrocosme et du microcosme de la philosophie taoïste.


Le SANAÏDO est une méthode d’entraînement physique, énergétique et mentale, issue des arts martiaux traditionnels orientaux (Karaté d’Okinawa, Taïchi chuan) et occidentaux (Systema, art martial russe).


Le SANAÏDO est le fruit des 40 années de pratiques et des différents enseignements qu’a reçu Vincent DAY, tout au long des 40 ans de son parcours de pratiquant et d’enseignant. Constatant que chaque discipline a des aspects positifs, mais aussi des aspects négatives (agressivité, traumatisme…), c’est dans un esprit d’éducation, de préservation de la santé, de développement harmonieux de l’individu, que naturellement Vincent DAY a élaboré cette méthode pour tout public.


Cette méthode d’enseignement porte plus sur des principes de travail (respirations, structure corporelle, conscience et relaxation dans le mouvement, adaptation à différentes situations.), que sur la répétition de technique. Plutôt que la recherche d’automatisme (piège possible en combat réel), on développe surtout la spontanéité du corps et de l’esprit. Ce qui dans le temps n’occasionnera pas de blocages physiques et mentaux.


Horaires et Tarifs

HORAIRE et LIEU:

Samedi de 12h15 à 13h30

Buxerolles : Complexe omnisport Colette Besson ( dans le Dojo) - 32 av de la Liberté


Attention : Les inscriptions selon places disponibles.

Se renseigner au préalable au 07 69 42 61 40  



Quels sont les principes d’entraînement du Sanaïdo ?

Quel est le but du Sanaïdo ?


des mouvements à deux basée sur la structure bio mécanique.

- Le mouvement en spiral (Le mouvement de la vie)

C’est le mouvement universel présent dans l’infiniment grand et l’infiniment petit (macrocosme et microcosme).

En pratiquant les mouvements spiralés, nous vivons l'union de l'intérieur et de l'extérieur, du haut et du bas, dans une pulsation croisement-déploiement, contraction-expansion.

- Le principe de non-résistance et d’économie d’énergie (obtenir le résultat maximum en dépensant le moins d’énergie possible).


Harmoniser l’esprit

Tout comme le karaté d’origine (Le Tôde), la pratique du Sanaïdo constitue un cheminement au plus profond de son être. Il confronte les hommes à leurs psychoses de violence ou à leurs fantasmes de domination, en cela le SANAÏDO devient une voie de la sérénité, de l’harmonie. Le SANAÏDO s’appuie également sur l’éthique des arts martiaux traditionnels, « le code

du Bushido » (la voie des techniques du guerrier) et n'hésite pas à le mettre en avant dans la pratique []. Au même titre que le karaté d’origine, le Sanaïdo devient plus un art de vivre qu'un simple sport et tend vers la maîtrise du corps tout autant que celle de l'esprit. Ce « code du Bushido" est imprégné des influences bouddhiques et taoïstes. Les grandes lignes en étaient les suivantes :


L’honneur : C’est une qualité essentielle. Nul ne peut se prétendre Budoka (Guerrier au sens noble du terme) s’il n’a pas une conduite honorable. Du sens de l’honneur découlent toutes les autres vertus. Il exige le respect du code moral et la poursuite d’un idéal, de manière à toujours avoir un comportement digne et respectable. Il conditionne notre attitude et manière d’être vis-à-vis des autres.

La fidélité :  Il n’y a pas d’honneur sans fidélité et loyauté à l’égard de certains idéaux et de ceux qui les partagent. La fidélité symbolise la nécessité incontournable de tenir ses promesses et remplir ses engagements.

La sincérité : La fidélité nécessite la sincérité dans les paroles et dans les actes. Le mensonge et l’équivoque engendrent la suspicion qui est la source de toutes les désunions. Dans les arts martiaux, le salut est l’expression de cette sincérité, c’est le signe de celui qui ne déguise ni ses sentiments, ni ses pensées, de celui qui se sait authentique.

Le courage : La force d’âme qui fait braver le danger et la souffrance s’appelle le courage. Ce courage qui nous pousse à faire respecter, en toutes circonstances, ce qui nous paraît juste, et qui nous permet, malgré nos peurs et nos craintes, d’affronter toutes les épreuves. La bravoure, l’ardeur et surtout la volonté sont les supports de ce courage.

La bonté et la bienveillance :    La bonté et la bienveillance sont les marques de ce courage qui dénotent une haute humanité. Elles nous poussent à l’entraide, à être attentif à notre prochain et à notre environnement, à être respectueux de la vie.

La modestie et l’humilité : La bonté et la bienveillance ne peuvent s’exprimer sincèrement sans modération dans l’appréciation de soi–même. Savoir être humble, exempt d’orgueil et de vanité, sans faux-semblant est le seul garant de la modestie.

La droiture : C’est suivre la ligne du devoir et ne jamais s’en écarter. Loyauté, honnêteté et sincérité sont les piliers de cette droiture. Elle nous permet de prendre sans aucune faiblesse une décision juste et raisonnable.

Le respect : La droiture engendre le respect à l’égard des autres et de la part des autres. La politesse est l’expression de ce respect dû à autrui quelles que soient ses qualités, ses faiblesses ou sa position sociale. Savoir traiter les personnes et les choses avec déférence et respecter le sacré est le premier devoir d’un Budoka car cela permet d’éviter de nombreuses querelles et conflits.


  Le contrôle de soi : Une autre qualité qualité essentielle. Il représente la possibilité de maîtriser nos sentiments, nos pulsions et de contrôler notre instinct. C’est l’un des principaux objectifs de la pratique , car il conditionne toute notre efficacité. Le code d’honneur et de la morale traditionnel enseigné dans le Karaté-Do est fondé sur l'acquisition de cette maîtrise.

                                                                                                                                                                                                                     

Le contrôle de soi : Cela doit être la qualité essentielle de toute ceinture noire. Il représente la possibilité de maîtriser nos sentiments, nos pulsions et de contrôler notre instinct. C’est l’un des principaux objectifs de la pratique du Karaté-Do, car il conditionne toute notre efficacité. Le code d’honneur et de la morale traditionnelle enseignée dans le Karaté-Do est fondé sur l'acquisition de cette maîtrise.


Le SANAÏDO a pour objectifs l’épanouissement physique et psychique du pratiquant, en libérant le corps physique de ses tensions, en apaisant le mental, en équilibrant les états émotionnels et en élevant l’esprit.  


Harmoniser la respiration :

La respiration est la pierre angulaire du Sanaïdo. C’est la clef de voûte de l’entraînement, dont dépend tous les autres principes.


Harmoniser le mental :

Une coordination correcte entre le mouvement et la respiration, permettra de se

détendre profondément et d’éclaircir l’esprit. A ce stade, les conditions seront réunies pour réguler le mental émotionnel.