Les différentes pratiques

Le Taï chi chuan est également un Qi Gong. Il implique un travail sur l'énergie interne et non sur la force externe musculaire.

C'est pourquoi l'entraînement du tai chi ch'uan est tout d'abord exécuté lentement pour sentir les mouvements de l'énergie vitale (Qi) en vue d'exercices d'alchimie interne plus approfondis. Le centre de gravité et la respiration doivent être abaissés au niveau de l'abdomen (dantien).



- Le Grand enchaînement ou forme longue : il se compose de 80 à 108 mouvements (selon la façon de les décompter des différentes écoles) qui simulent un combat contre un adversaire imaginaire. Il s'exécute très lentement.

La respiration est abdominale, la tête est droite, dans le prolongement du tronc, comme si elle était maintenue


La forme de Taï Chi Chuan qui est enseigné à L’Académie du Tao  est : la forme classique du style Yang.


Le Taiji Jin (L’aspect martial du Taïchi Chuan) est abordé en cours avec les applications martiales des techniques du style Yang classique , ainsi que l’aspect de la force explosive (le Taiji jin) et l’énergie martiale.


Les cours de Taï Chi Chuan à  l’Academie du Tao

Retour en haut de la page

Retour à l’acceuil

Le TAÏCHI CHUAN La méditation en mouvement

Le pratiquant pourra commencer à accélérer les gestes, et pratiquera les fa jing - libération de l'énergie - d'abord réduits afin d'éviter d'abîmer ses articulations, puis de plus en plus complets.

Les exercices avec un partenaire permettent d'appliquer les principes du tai-chi et ceci de manière progressive : rester relaxé (song) sur une poussée, par exemple pour démarrer.


Intérêt médical

Le Taï chi-chuan a été testé et s'avère efficace sur les symptômes de plusieurs maladies. C'est le cas pour la fibromyalgie[, pour la polyarthrite rhumatoïde[ et l'ostéo arthrite du genou[.

vers le haut par un fil. La pointe de la langue est collée contre le palais afin de faciliter la circulation de l'énergie intérieure (qi) en soi.

- Le petit enchaînement : les 24 mouvements de la forme de Pékin.

- Le tui shou (推) ou main poussante : ce sont des exercices qu'on exécute à deux. Le but est d'apprendre à écouter le partenaire, ce qui permet d'esquiver, dévier et contrôler une force qui est exercée contre soi. Il existe des compétitions internationales de tui shou.

- Le san shou ou Esquiver les mains : un enchaînement qui se pratique à deux dans un jeu continu d'attaques et de défenses feintes.

- Le bing chi ou Pratique des armes (Taiji Bixing) : la pratique des armes fait partie de la grandetradition du Taiji Quan. Pour chaque arme, on étudie un enchaînement fondamental.